La place des écrans

Les écrans ont pris une place importante dans notre société depuis maintenant de nombreuses années: réseaux sociaux, Netflix, télévision, jeux vidéo… la liste est longue. Mais alors comment faire pour protéger nos enfants de leur influence? 

Une exposition maîtrisée 

Il est aujourd’hui impossible pour des parents de préserver complètement leurs enfants de l’influence des écrans mais il est possible d’encadrer leur utilisation en fonction du programme et de l’âge de l’enfant.  

Pour cela il est possible de reprendre les Balises 3-6-9-12 imaginés par Serge Tisseron, Psychiatre et docteur en psychologie et auteur du livre «apprivoiser les écrans et grandir». 

  • Avant 3 ans : jouons, parlons, éteignons la télé. 
  • De 3 ans à 6 ans : limitons les écrans, partageons-les, parlons-en en famille 
  • De 9 ans à 12 ans : Apprenons-lui à se protéger et à protéger ses échanges, inculquer la gestion du temps. 
  • À partir de 12 ans : restons disponibles et posons un cadre 

Parlons des écrans

Il est important pour que l’enfant comprenne et assimile ce qu’il vient de voir à l’écran, qu’il puisse s’exprimer. S’il s’agit d’un programme comme un dessin animé ou un documentaire alors réserver un temps avec lui après le visionnage pour échanger sur le sujet peut se révéler très bénéfique. Les enfants (surtout en bas âge) ont dû mal à gérer leurs émotions et ce temps peut les aider à les appréhender, en plus de proposer une transition avec son environnement réel. 

Les jeux vidéo peuvent également être intéressants lorsqu’ils sont encadrés et que l’enfant est prêt (à partir de 6 ans) car ils proposent de se rendre actif et non passif. 

De manière générale, en tant que parent, et quel que soit l’âge de votre enfant ou le type de médias, intéressez-vous à ce qu’il expérimente : l’objectif est d’éviter que l’enfant ne s’isole complètement. 

Aussi, n’oubliez jamais de sensibiliser l’enfant aux dangers des écrans: réseaux sociaux et ses engrenages, pornographie… La personnalisation du contrôle parental est aujourd’hui facile à mettre en place en passant par votre opérateur internet. 

Les erreurs à éviter

Il peut être tentant en tant que parent d’installer son enfant devant la télé pendant qu’on prépare le repas pour l’occuper. Bien que ce ne soit pas dramatique si c’est occasionnel, cela peut devenir un réel problème si cela devient une habitude. Seul devant le programme, l’enfant va être absorbé par ce qu’il voit virtuellement sans arriver à comprendre le lien avec la réalité… et la transition avec le repas sera difficile, pour lui comme pour vous. 

La télévision pendant le repas peut être délétère ! Le repas est un moment propice à l’échange et la télé en prend souvent la place. L’enfant sera également moins réceptif à sa propre satiété ce qui peut renforcer un risque d’obésité ou de surpoids par exemple, ou a contrario il oubliera de manger ! 

Le temps d’exposition aux écrans recommandé est calculé en fonction de l’âge de l’enfant, 30 minutes/jour pour les 3 à 6 ans par exemple mais il faut choisir un média qui correspond à ce temps. Si on propose à son enfant de regarder un film d’animation d’1h30 mais qu’on l’arrête au bout d’une demi-heure, l’enfant va être frustré, comme nous le serions nous-même. 

La transition entre le moment passé devant l’écran et le retour à l’environnement de l’enfant est importante, il faut éviter de passer directement de la télé aux devoirs par exemple, on peut lui proposer de faire une partie de jeu de société avant de passer aux devoirs. Les écrans ne doivent pas devenir son moment de plaisir global, il faut qu’ils n’en soient qu’une partie. 

Attention aussi aux écrans “cachés” : l’utilisation pluriquotidienne des téléphones portables par les parents, le télétravail,… L’idéal quand l’utilisation des écrans prend une place professionnelle importante dans le quotidien des parents, il est nécessaire de proposer des temps de qualité avec vous : 15 min 3 à 4 fois par semaine de tête à tête sans écran seront non seulement nécessaire mais aussi indispensable à votre enfant. 

Sachez qu’un professionnel des Instituts de la parentalité est là pour vous écouter gratuitement et sur rendez-vous.

Retrouvez les dates de nos prochaines permanences conseil au 07690990 73 ou sur notre site https://institut-parentalite.fr/permanences-conseil/ 

Retrouvez l’entretien, en vidéo, de Sophie Laye, psychologue à l’association Parentescence qui rejoint la Fédération des Praticiens de la Parentalité en 2022.