L’haptonomie à l’Institut de la Parentalité

C’est quoi l’haptonomie ? une approche qui privilégie l’affectif et l’humain

Fondée par Frans Veldman[1], l’haptonomie, science de l’affectivité permet une approche globale de la personne. Selon Frans Veldman « L’affectif réunit le corps et l’esprit qui sont en interaction constante »

L’haptonomie est généralement connue pour s’appliquer dans la préparation à la naissance. Elle prouve aussi sa très grande efficacité dans les soins de puériculture, le soutien à la parentalité, dans le soutien du développement affectif de l’enfant, de l’adolescent, le soutien de l’adulte.

Et si l’on parle d’haptonomie”, on pense communément au “toucher”. L’haptonomie utilise plus précisément le contact. Frans Veldman le nomme « un contact tactile qui rend sain et entier ». L’être humain en tant qu’être social à un besoin vital de contact et de lien pour vivre. Ainsi l’haptonomie centre son approche sur un contact affectif qui invite à la rencontre et au déploiement de l’être et du vivre ensemble. Il s’agit de vivre des expériences de contact qui font appel aux perceptions, au sensoriel, aux sentiments. L’approche haptonomique invite chacun à utiliser ses ressources, ses capacités pour aller de l’avant, être autonome et relever  les défis de la vie. Elle apporte un sentiment de sécurité interne et ramène au plaisir de vivre.

« On accepte facilement l’idée des traces laissées par les événements traumatiques mais on a plus de difficultés à considérer les traces de « bon vécu » comme fondatrices et structurantes ». 

Dr Catherine Dolto, médecin, praticienne en haptonomie et présidente du Cirdh Frans Veldman.

 

Haptonomie et Parentalité à l’Institut de la Parentalité : l’affectif pour soutenir le bon développement de l’enfant et prendre soin des parents.

« Les expériences affectives que va vivre l’enfant vont modifier le développement de son cerveau, son comportement, l’expression de ses émotions et sa santé physique. Sécuriser un enfant participe, entre autres, à la maturation de son cerveau »

Dr Catherine Gueguen, pédiatre, praticienne en haptonomie s’appuyant sur les travaux des neurosciences.

 

Aux premiers stades de la vie, le bébé est totalement dépendant de la personne qui va prendre soin de lui, et qu’il va investir comme sa figure d’attachement. S’il est amené à grandir dans un environnement sans interaction, sans proximité physique, sans affectif, sans lien bienveillant auprès de lui, il peut être confronté à des retards de développement, des troubles émotionnels et psychiques voire des conséquences plus dramatiques. L’enfant a donc un besoin vital d’être entouré et porté pour se développer, s’épanouir et s’ouvrir au monde quel que soit son âge. 

Pourquoi venir à l’Institut pour une prise en charge en haptonomie ?

  • Les premiers liens parents/bébé. Dès la période postnatale, l’approche par l’haptonomie permet de libérer les ressources des parents pour créer une relation privilégiée avec l’enfant et de continuer, après l’accouchement, à créer un sentiment de sécurité et de soutien pour l’enfant.

Indications : troubles du sommeil, difficulté à investir le lien parent/enfant, situation de séparation liée à une hospitalisation en néonatologie ou service de réanimation, vécu de grossesse difficile, besoin de trouver sa place en tant que parent et de soutien dans les fonctions parentales, envie d’apporter à son bébé une sécurité de base et se découvrir par le contact spécifique à l’haptonomie. Abandon, maltraitance, violences et carences affectives.

  1. Mr et Mme X ont un bébé de 5 mois né prématuré. Ils ont vécu une longue période d’hospitalisation en néonatologie. Le père exprime avoir éprouvé un sentiment d’abandon lors de la période d’hospitalisation « les soignants étaient focalisés sur la mère et l’enfant ». La relation entre sa femme et sa petite  fille est pour lui « fusionnelle » Il ne sait pas comment trouver sa place et pense ne pas pouvoir apaiser sa petite fille qui présente des troubles du sommeil et pleure lorsqu’elle est dans ses bras. L’accompagnement par l’haptonomie leur a permis de reprendre confiance en leur savoir-faire auprès de leur bébé, d’être guidés dans les interactions et leur présence auprès de leur enfant.  Ils ont pu développer leurs qualités de présence, qualités qu’ils ignoraient car ils conféraient un savoir aux professionnels, les imaginant  comme les seuls à détenir un savoir faire.  Monsieur et Madame ont pu retrouvé un équilibre familial et s’investir  chacun dans l’exercice de leur rôle parental grâce à une confirmation affective de leurs compétences parentales. Les troubles du sommeil ont disparu, le vécu traumatique de la séparation lié à l’hospitalisation en néonatalogie a laissé place à la joie des retrouvailles, au plaisir des instants présents vécus dans la tendresse. Les parents ont pu consolider le lien parent/enfant et le lien familial grâce à l’expérience des invitations à la rencontre entre parent-enfant. La réponse de l’enfant  aux invitations : sourires multiples, babillages, tonus de l’enfant a révélé aux parents toutes ses potentialités et la force de son engagement vers la vie.
  •  La parentalité d’une manière plus globale. Quel que soit l’âge de l’enfant, les parents peuvent être guidés, trouver des repères  pour soutenir le bon développement et le bien être de leur enfant.

Indications : besoin de repères éducatifs, soutien aux fonctions parentales, savoir utiliser ses capacités de perception et de contact pour sécuriser et soutenir le développement de son enfant, améliorer le lien parent enfant et les liens familiaux. Difficulté de séparation avec l’enfant ou d’investir le lien. Violences, maltraitance et carences affectives.

  1. Mme B et sa fille Maria de 4 ans ont pu retrouver le plaisir d’être ensemble et de ne plus vivre de grands moments de crise et de colère exprimée par Maria. Madame a investi le lien en étant plus a l’écoute de ses propres  perceptions et ressentis. Grâce au contact vécu lors des séances de découverte, elle a pu éprouver un sentiment d’entièreté, d’harmonie et d’apaisement. Par la suite  elle a su accueillir les moments de colères  de sa fille  et utilisé le contact tactile pour l’accompagner. La chaleur du contact, la tendresse et l’empathie de la mère vis à vis de sa fille a modifié les tensions psychiques et corporelles transformant le rapport de force en invitation au mouvement et à la rencontre affective. Chacune a pu retrouver un sentiment de sécurité interne dit en haptonomie «  sécurité de base ». La mère a pu ressentir elle aussi qu’elle avait en elle des savoir-faire. Madame a réalisé que sa fille n’était pas en colère contre elle mais plutôt traversée par des peurs dont elle ne savait que faire. Madame était également en situation de famille monoparentale, nous avons pu voir ensemble les leviers et soutiens dans l’environnement social pour lui permettre d’être relayée et de s’autoriser à sortir d’un « entre soi » mère-fille.
  • En soutien individuel à l’enfant, au parent, à l’adulte. Il s’agit d’aider les parents en difficulté ou en questionnement à retrouver de la sécurité en prenant conscience de leur capacité. à s’engager, à faire des choix éducatifs entre autres qui leur correspondent puis à les assumer avec conviction. Le soutien au parent en individuel permet également de vivre le contact prodigué auprès de l’enfant et de l’investir au quotidien. Que ce soit pour  l’enfant, l’adulte, l’approche haptonomique  offre un espace de découverte ou de redécouverte des ressources et capacités existantes pour acquérir un sentiment de sécurité de base afin de construire des relations épanouissantes. Il s’agit aussi de  vivre le plaisir du contact ou le découvrir afin d’être en accord avec soi-même et dépasser des freins pour être confiant, libre et autonome.

Indications : chez les enfants anxiété, angoisse, trouble du sommeil, colère, manque de confiance en soi, difficulté dans le lien social (école, groupe) ou dans le lien avec la fratrie, manque d’autonomie. Pour l’adulte : manque de confiance en soi, anxiété, dépression, burn out, faible estime de soi, difficulté dans le lien social, contact et la proximité, difficulté a faire des choix. Situation de violence, maltraitance, abandon. Pour le parent: séance de  découverte du contact spécifique à l’ haptonomie.

  1. Ilana[2], 8 ans a connu un long parcours jalonné de rupture et de séparation. Elle s’exprimait peu, agressait ses copains d’école, et ne portait que des vêtements amples ou des joggings. Petit à petit en séance individuelle, Ilana qui était très en retrait  et cherchait a éviter tout contact ou lien, à accepter de répondre à mes invitations de rencontre affective, avec tact et respectueuse de son rythme  par le jeu notamment puis elle est venue s’asseoir à mes cotés pour lire des histoires. Les sourires sont apparus de plus en plus sur son visage, elle a arrêté de mordre les autres enfants à l’école et a commencé à s’exprimer davantage. Sa tenue vestimentaire s’est modifiée laissant entrevoir son côté « princesse » : quelques robes portées avec  fierté, une posture bien droite présentant une verticalité retrouvée. Elle a commencé à oser prendre sa place au monde. Le chemin se poursuit pour elle  grâce à l’appui d’autres professionnels et approches répondant à ses besoins : pédopsychiatre, psychomotricité, activités artistiques, et de toute l’attention bienveillante de ses parents et de son entourage.

Qui pratique l’haptonomie ? 

L’haptonomie est encadrée par un cadre éthique et déontologique rigoureux nécessitant de s’appuyer sur le socle d’une profession médicale ou médico-sociale. Il n’existe donc pas des « Haptonomes » mais des professionnels qui conjuguent l’approche haptonomique  avec les compétences liées à leurs professions initiales. 

Kim Hardouin intervenant à l’Institut est éducatrice spécialisée diplômée d’état- praticienne en haptosynésie[3] certifiée par le CIRDH Frans Veldman et formée également à l’haptopuériculture.[4] Elle accompagne depuis 20 ans  bébés, enfants, adolescents, adultes et  a développé une expertise dans le champ de la parentalité. Elle a acquis une solide expérience dans le secteur de la protection de l’enfance et de l’exclusion. Elle est par ailleurs formatrice/consultante en travail social.

Elle propose des accompagnements dès la naissance jusqu’à l’âge adulte, en individuel et en famille, les mercredis et les jeudis. 

L’Haptonomie n’est pas une technique. C’est une approche au service de l’humain.  Elle est une invitation au cœur de l’affectif qui se découvre par l’expérience, elle se vit et se ressent. L’Institut de la parentalité fondé par le Dr Anne Raynaud Postel a pour socle de son expertise : les liens de l’attachement et pour valeur et fil conducteur la sécurité affective de l’enfant. 

Kim HARDOUIN

Educatrice spécialisée- Praticienne en Haptonomie

7 avenue de la Libération – 33270 FLOIRAC

 

06 16 61 00 60

kim.hardouin@institut-parentalite.fr

 

 

 

Bibliographie :

Que sais-je ? L’Haptonomie, Dominique Décant-Paoli édition puf

L’Haptonomie périnatale, Dr Catherine Dolto. CNRS Gallimard

Pour une enfance heureuse, Dr Catherine Gueguen

 

[1] Science transdisciplinaire, créée aux détours de la Seconde Guerre mondiale par Frans Veldman, « chercheur en science de la vie » aux Pays-Bas est une approche globale de l’être humain dont le sujet est considéré comme une unité affectivo-somato-psychique.

[2] Par respect de confidentialité, toutes les initiales et prénoms ont été modifiés.

[3] Haptosynésie : champ d’application relatif aux soins, prendre soin et en lien avec la profession d’éducateur spécialisé.

[4] haptopuériculture : champ d’application spécifique à la petite enfance